Rechercher

L’ÉLEVAGE DU VIN DANS DES CUVES BÉTON


En ces temps de retour à la nature, il peut paraître singulier de promouvoir le béton dans la vinification. Pourtant, contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’élevage sous béton présente des avantages non négligeables .Tout d’abord il possède une inertie thermique qui favorise une température constante. Ensuite, il présente une micro porosité qui permet comme le bois une lente oxydation. Enfin, il est relativement neutre et il permet de respecter le fruit et les arômes des cépages.

Ainsi l’élevage dans des œufs en béton permet de préserver la pureté du fruit. Ces œufs ont une capacité de 6 à 16 HL. On peut également concevoir le recours à des cuves béton. Tel est le cas pour le château Bel Air Marquis d’Aligre. Ce vin du Médoc plus précisément, ce Margaux était élaboré selon des exigences assez particulières de son propriétaire. En particulier, aucun panneau n’indiquait la propriété .Les vignes restaient pratiquement à l’état sauvage. Il uilisait trois cépages à égalité : le merlot, le cabernet sauvignon et le cabernet franc auxquels s’ajoutait 10 % de petit verdot..

Pour aller lui rendre visite, il fallait prévoir pratiquement l’après-midi car après avoir discuté des derniers potins politiques, il vous faisait une dégustation quasiment exhaustive de ces derniers millésimes. Enfin, les bouteilles étaient vendues au même prix quelle que soit l’année…



ATTENTION A PLACER DANS LA RUBRIQUE ARTICLE PAS DE PHOTO PEUT ETRE EN TROUVER UNE DE BEL AIR MARQUIS D’ALIGNRE A MARGAUX


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C’est 1 appellation confidentielle qui est incluse dans l’appellation Bergerac. Elle produit des vins liquoreux qui étaient déjà connus par François Rabelais qui raconte dans son Pantagruel : « les

Les bordelais ne sont pas des gens chauvins mais ils ne connaissent que leurs vins. Bien plus, cette connaissance serait quasiment innée. Elle s’acquiert en longeant les murs des entrepôts de Bacalan

L’appellation Pomerol est pratiquement la plus petite du bordelais. Les vignes couvrent quelques 800 ha que se partagent pratiquement 150 propriétaires. Au XVIIIe siècle, le Pomerol était majoritairem