Rechercher

LES VINS DE FRANCE.

Le système des appellations d’origine contrôlée, système adopté dans certains pays autres que la est largement protecteur du consommateur. Il repose en effet sur la garantie d’une production sur un territoire, sur le respect des pratiques culturales et de l’utilisation des cépages etc. Contrairement à ce que l’on peut penser, il n’est pas totalement garant de la qualité du vin. On peut respecter les critères de l’appellation et produire des vins assez médiocres. Par ailleurs, c’est un système qui est assez figé. D’où la volonté de certains viticulteurs de s’écarter de ces carcans. À l’heure C’est à cette logique que correspond la création des vins de France. Cette appellation est actuelle tentaculaire. Il existe plus de 400 vins de France.

La liberté ainsi octroyée permet par exemple l’utilisation de vieux cépages etc.

Logiquement, ces vins ne sont produits que sur des appellations relativement peu prestigieuses En effet le viticulteur n’aurait aucun intérêt, pour des problèmes de prix, à ne pas respecter les règles de l’appellation d’origine contrôlée si celles-ci permettent de produire des cuvées à des prix relativement élevés. Une seule exception, à Bordeaux un producteur s’est lancé dans la production de cuvées à des prix totalement dissuasifs qui sont pour l’essentiel destinées au marché chinois.

On pourra citer quelques productions :

Verdanel de Robert Plageoles

L’ échappée du château Tire Pé

Le Carignan du domaine d’AUPILHAC.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C’est 1 appellation confidentielle qui est incluse dans l’appellation Bergerac. Elle produit des vins liquoreux qui étaient déjà connus par François Rabelais qui raconte dans son Pantagruel : « les

Les bordelais ne sont pas des gens chauvins mais ils ne connaissent que leurs vins. Bien plus, cette connaissance serait quasiment innée. Elle s’acquiert en longeant les murs des entrepôts de Bacalan

L’appellation Pomerol est pratiquement la plus petite du bordelais. Les vignes couvrent quelques 800 ha que se partagent pratiquement 150 propriétaires. Au XVIIIe siècle, le Pomerol était majoritairem